Église du Sacré-Coeur
15 av. Edouard VII - 06040 Menton

Eglise dont la première pierre fut posée en 1910. La construction, interrompue par la guerre, se poursuivit jusqu'en 1935 (date de la consécration).

En 1910, Menton se développant vers l'Ouest, Mgr CHAPON, évêque de Nice, donna mission à Monsieur l'Abbé Pierre BONFANTE de fonder une paroisse supplémentaire. De 1910 à 1914, avec l'appui et la participation financière des futurs paroissiens ainsi que divers donateurs (Hôteliers, proprétaires de grandes villas, riches hivernants de l'époque) qui répondirent généreusement à l'appel de l'abbé BONFANTE, les travaux allèrent bon train, pour ralentir considérablement pendant la Première Guerre Mondiale, mais étaient suffisament avancés pour permettre l'exercice du culte dans la nef actuelle vers 1915. Le gros oeuvre était alors terminé, mais il restait l'agencement intérieur. Les vitraux furent mis en place au fur et à mesure des dons.

En 1935, le maître-autel en bois fut remplacé par celui que l'on voit actuellement et qui est en marbre de Carrare. Cette année-là, le jeudi 5 mars 1935, eut lieu la consécration solennelle de l'église par Mgr RAYMON, évêque de Nice.

Cette église et son vaste complexe paroissial : presbytère, école libre de garçons, dépendances, étant construits après 1905  qui vit la séparation de l'Eglise et de l'Etat, (Loi de séparation votée le 9 décemmbre 1905) tous les frais de construction reposèrent uniquement sur les habitants du quartier, mentonnais et hivernants. L'Eglise en est propriétaire et les paroissiens de Menton doivent pourvoir à son entretien et aux divers travaux de réparation, même importants.

Le maître d'oeuvre de ce complexe était le curé BONFANTE devenu chanoine entre temps. Celui-ci en avait toute la responsabilité financière et matérielle. Il ne ménagea jamais sa peine et ses efforts. Seul le clocher prévu ne fut pas exécuté faute de moyens financiers, et aussi à cause de la Seconde Guerre  Mondiale. L' intérieur ainsi que l'extérieur et l'ensemble paroissial ont été entièrement restaurés au milieu des années 1990.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       


Accueil
15 av. Edouard VII, 
De 9 à 12 h et de 15 à 17h30 du 8 septembre au 31 mai.
De 10 à 11h45 et de 16 à 17h45 l'été.
Sauf jours fériés.
Tèl. : 04.93.35.70.45
Messes
Samedi messe anticipée à 18h00
Dimanche à 11h00 et à 18h00
Du lundi au vendredi à 18h00
Chapelet tous les jeudis à 17h30
Adoration eucharistique tous les mercredis à 17h00

Les statues

Selon son projet, les vitraux partant du baptistère jusqu'au transept, retracent la vie du Christ (voir Plan).

En entrant à droite
Fonts baptismaux, le baptème du Christ par Jean Baptiste.
Autel de la Croix. Dans cette chapelle, et selon le désir exprimé dans son testament, la dépouille du Chanoine BONFANTE, décédé en avril 1947, repose dans un caveau situé sous l'autel.
Sur la 5ème colonne, le Christ et St François d'Assise dans une attitude symbolisant l'amour qu'ils ont l'Un pour l'autre.
En face, sur le mur, l'Enfant Jésus Miraculeux de Prague, dont l'histoire détaillée se trouve ci-après
A gauche de l'autel surmonté par la statue de la Vierge, Ste thérèse de l'enfant Jésus.

En entrant à gauche
Ste Jeanne d'Arc (plaque commémorative portant les noms des enfants de Menton morts à la guerre de 1914/1918).
Ste Rita de Cascia et St Antoine de Padoue.
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars
Sur le mur, avant l'autel de St-Joseph : la Sainte Face
Dans le choeur, sur les piliers, les symboles des 4 Evangélistes (Apoc. 4-7) : L'homme ailé (St Mathieu); le lion ailé (St Marc), le taureau ailé (St Luc), l'aigle ailé (St Jean)
Et sur le maître-autel, la grande statue du Sacré-Coeur.
Le culte au Coeur de Jésus, connu depuis St Jean, bénéficia d'un grand renouveau avec Ses apparitions à Ste Marguerite-Marie Alacoque, au XVII° siècle, au couvent de la Visitation à Paray le Monial. A cette époque, venant après la déchirure profonde de la Réforme, suivie de la crise janséniste, le Seigneur voulu réaffirmer la Miséricorde du Père.